Liste des articles avec ce mot clé : litterature

Caveau plein comme un oeuf


Georges Brassens  et Jean d'Ormesson s'exprimant sur leur caveau familial ...

1 - Supplique pour être enterré sur la plage de Sète
Georges Brassens, extrait

Mon caveau de famille hélas ! n'est pas tout neuf
Vulgairement parlant il est plein comme un œuf
Et d'ici que quelqu'un n'en sorte
Il risque de se faire tard et je ne peux
Dire à ces braves gens poussez - vous donc un peu
Place aux jeunes en quelques sorte


2 - Jean d'Ormesson

Jean d'Ormesson n'est pas enterré dans la chapelle familiale au Père Lachaise.
Monsieur d'O. disait " ce caveau est plein comme un œuf " et d'ajouter qu'il devra " se faire cendres ".

N'oeuf ' stradamus


Auteur d'un recueil de prédictions, l'astrologue et médecin français Michel de Nostredame est né en 1503 à Saint-Rémy de Provence.
Les prophéties de ses célèbres centuries ont fait le tour du monde.


Voici ce qu'on peut lire dans la centurie VII, quatrain 24 :

L'ensevely sortira du tombeau,
Fera de chaines lier le fort du pont :
Empoisonné avec oeufz de barbeau,
Grand de lorraine par le marquis du pont.

Et je ne me risquerai à aucune interprétation !...

Attention aux oeufs


Le roman de Renart

Le roi voulait imposer la paix, et cette guerre aurait pris fin si on n'eût vu Chantecler ( le coq ) et Pinte ( la poule la plus sage et qui pondait les plus gros œufs ) arriver à la cour pour accuser Renart...
...La mésange aussi se plaint de Renart, il l'avait observé sur la branche d'un chêne creux où elle avait caché ses œufs...

Extrait de : Le roman de Renart, XII ème / XIII ème siècle

Poulailler sur pilotis
Illustration extraite du manuel médiéval : Tacuinum sanitatis conservé à la Bibliothèque Nationale de France ( BNF ).

Le roman de Renart, ensemble de récits médiévaux des XII ème et XIII ème siècles dont un goupil nommé Renart ( avec un T ) est le héros.
Peu à peu, renard ( avec un D ) supplantera goupil et deviendra le nom commun de l'animal.

Une poule pour les oeufs


La poule
Jules Renard (1864 - 1910)

Pattes jointes, elle saute du poulailler, dès qu'on lui ouvre la porte.
C'est une poule commune, modestement parée et qui ne pond pas d’œuf d'or.

Droite sous son bonnet phrygien, modestement parée, la poule commune ne pond pas d’œuf d'or.

Éblouie de lumière, elle fait quelques pas, indécise, dans la cour.
Elle voit d'abord le tas de cendres où, chaque matin, elle a coutume de s'ébattre.
Elle s'y roule, s'y trempe, et d'une vive agitation d'ailes, les plumes gonflées, elle secoue ses puces de la nuit.
Puis elle va boire au plat creux que la dernière averse a rempli.
Elle ne boit que de l'eau.
Elle boit par petits coups et dresse le col, en équilibre sur le bord du plat.
Ensuite elle cherche sa nourriture éparse.
Les fines herbes sont à elle, et les insectes et les graines perdues.
Elle pique, elle pique, infatigable.
De temps en temps, elle s'arrête.
Droite sous son bonnet phrygien, l’œil vif, le jabot avantageux, elle écoute de l'une et de l'autre oreille.
Et, sûre qu'il n'y a rien de neuf, elle se remet en quête.
Elle lève haut ses pattes raides, comme ceux qui ont la goutte.
Elle écarte les doigts et les pose avec précaution, sans bruit.
On dirait qu'elle marche pieds nus.

Histoires naturelles (1896)

Oeufs couvés sous les aisselles


Toine, une nouvelle de Guy de Maupassant (1850 - 1893)

Antoine Mâcheblé dit Toine est cabaretier de son état. C'est un bon vivant qui aime s'amuser et se délecter de sa fameuse " fine ".
Un jour, il a une attaque qui le laisse paralysé et le cloue définitivement au lit.
Sa femme (éleveuse de poules) ne supporte plus de le voir inactif. Elle le traite de propre à rien, de fainéant et de gros soûlot !
Elle a alors l'idée de lui faire couver des œufs afin qu'il se rende utile. Elle en met cinq sous un bras et cinq sous l'autre.
La chaleur de ce gros corps inerte fait éclore les œufs sous le regard émerveillé de Toine et l’œil intéressé de sa femme.

Dessin anonyme parut dans La Lanterne du 5 août 1888 conservé à la Bibliothèque Nationale de France.