Oeuf de fulmar boréal


Les fulmars ( Fulmarus glacialis ) sont des oiseaux pélagiques qui nichent en grandes colonies sur les falaises rocheuses.
Ils pondent un seul œuf blanc mat mesurant en moyenne 48 mm x 74 mm ; il est couvé par les deux parents pendant plus ou moins cinquante jours.

Photo prise dans le très hétéroclite musée Kelvingrove de Glasgow, dans une salle dédiée à l'histoire naturelle.

Ces oiseaux étaient jadis une ressource vitale pour les gens des îles écossaises. Ils vendaient les plumes pour confectionner des matelas, l'huile obtenue servait à l'éclairage, les oeufs et les oiseaux étaient consommés et les os étaient utilisés comme fertilisant !

Eggs'oplanètes


Cette fois-ci, point de coquille percée ; c'est l'intérieur, le contenu de l’œuf qui se met en scène.


Frit, l’œuf prend un air de soleil un peu particulier avec une impressionnante couronne blanche.


Autour de lui gravitent des exoplanètes. Qui sait ? Peut-être que l'une d'entre elles abrite une vie extra-terrestre.


Ces photos nous invitent à un voyage onirique dans l'espace où seul l'esprit peut se rendre, tant les distances nous séparant de ces mondes lointains sont grandes.

C. Colomb en son oeuf


A Séville, dans le parc San Jeronimo se dresse un œuf monumental en bronze. Posé dans un bassin, il mesure 32 mètres de haut, il a un diamètre de 23 mètres et il pèse 600 tonnes !

Photo wikimedia

La sculpture intitulée " la naissance de l'homme nouveau " est un hommage à Christophe Colomb réalisée par l'artiste russe Zourab Tsereteli.
Le navigateur est représenté debout à l'intérieur de l’œuf, il tient une carte dans ses mains d'où les trois caravelles de sa première expédition ( la Santa Maria, la Pinta et Nina ) semblent avoir largué les amarres pour le nouveau monde.

Oeufs en fer des Shadoks


Les Shadoks

Ga, Bu, Zo, Meu (Ce sont les quatre monosyllabes composant leur langage).

Teddy Doeuf le petit bonhomme en bois de " Oeufpassion " posant devant deux Shadoks qui pompent...(et ils pompaient, et ils pompaient !)...

C'était il y a très, très, très longtemps...

Au début les Shadoks pondaient des œufs ordinaires, mais comme ils avaient de trop longues pattes, ces œufs-là...se cassaient !
Alors les Shadoks pondaient des œufs en fer. D'un côté, les œufs en fer, évidemment, c'était pratique. Mais d'un autre côté, pas tellement, car non seulement ils ne se cassaient pas, mais ils ne se cassaient pas, ils ne se cassaient pas...du tout.
Quand l’œuf était mûr, en quelque sorte, le Shadok qui était dedans ne pouvait pas sortir. Il fallait une clé, et leur clé à eux, ces imbéciles-là, l'avaient oubliée chez eux.
C'était un spectacle vraiment affligeant de voir ces pauvres bêtes qui, pendant des générations et des générations, s'étaient donné tant de mal pour réussir à pondre des œufs incassables, s'en donnaient maintenant mille fois plus pour essayer de les casser.
Alors au lieu de couver leurs œufs normalement, comme vous l'auriez fait vous et moi, les Shadoks les mettaient à rouiller. Mais ça prenait... ça prenait... pas mal de temps. Et souvent, le Shadok était déjà vieux quand il en sortait, et ça valait vraiment plus la peine.

Les Shadoks, série d'animation créée par Jacques Rouxel avec la voix de Claude Piéplu.